Centre-Sud se mobilise pour garder sa voix à l’Assemblée nationale

une

Pas moins de 500 personnes se sont rassemblées dimanche dernier, à l’invitation de l’équipe de la députée Manon Massé et de la CDC Centre-Sud, pour protester contre la décision annoncée de la Commission de la représentation électorale (CRÉ) de faire disparaître la circonscription de Saint-Marie-Saint-Jacques, qui recouvre la majeure partie du Centre-Sud.

Tour à tour, politicien.ne.s, gens du communautaire, citoyen.ne.s et poètes se sont succédé sur la petite scène pour dire leur attachement à ce quartier unique et exprimer le sentiment de révolte partagé envers l’absence de consultation citoyenne dans la circonscription, dont la disparition ne figurait aucunement dans les premières ébauches de refonte de la carte électorale.

Plus encore, la refonte proposée verrait la dissolution d’une voix propre au Centre-Sud, alors que ses citoyens se verraient répartis dans trois circonscription, dont la nouvelle circonscription de Ville-Marie qui inclurait également une bonne partie de l’actuelle circonscription de Westmount-St-Louis, dont les réalités socio-démographiques ont peu à voir avec celles de notre quartier.

Manon Massé a dénoncé cette situation à l’Assemblée nationale ce mardi et déposé une pétition de plus de 14 000 signatures, menée conjointement par son équipe et la CDC Centre-Sud, pour demander une consultation citoyenne digne de ce nom dans Sainte-Marie-Saint-Jacques. D’autres actions sont à prévoir pour amener le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) à reprendre le processus de consultations publiques avant que ne soient avalisés les changements à la carte électorale.

La CDC Centre-Sud invite ainsi tous les citoyens du quartier à écrire au DGEQ pour faire valoir leur attachement au Centre-Sud et au respect des règles démocratiques fondamentales qui veulent qu’on consulte une population avant de prendre une décision qui l’affecte aussi directement (voir le modèle de lettre).