La CMTQ et le RQ-ACA présentent leur mémoire à la consultation publique en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Le gouvernement du Québec tenait, la semaine dernière, une consultation publique en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale en vue des « suites à donner à la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale instituée par la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

La consultation publique a pour objectif de recueillir l’avis de la population, notamment des personnes en situation de pauvreté, des organisations autochtones et des organisations partenaires nationales et régionales sur les principaux enjeux entourant la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. »

http://www.mess.gouv.qc.ca/consultation_pauvrete/index.asp

Dans ce contexte, la Coalition montréalaise des tables de quartier (CMTQ) a remis un mémoire mettant de l’avant les recommandations suivantes:

  • Recommandation 1
    En  raison  du  taux  de  pauvreté  élevé  à  Montréal  et  des  nombreux  défis  particuliers  de  la  métropole,  nous  estimons  nécessaire  que  le  gouvernement  reconnaisse  ces  spécificités  montréalaises  dans  l’adoption  ainsi  que  la  gestion des  politiques publiques et sociales et qu’il s’engage à investir davantage à Montréal dans le soutien aux interventions sur le  terrain.
  • Recommandation 2
    Nous appuyons la demande du Collectif pour un Québec sans pauvreté à l’effet de rehausser les protections publiques  pour assurer à tous et à toutes un revenu au moins égal à la mesure du panier de consommation soit 17 246 $ par année (2013).
  • Recommandation 3
    Annuler les compressions prévues dans les CPE et réinvestir afin de pouvoir poursuivre le développement de nouvelles  installations en CPE, en priorité dans milieux défavorisés.
  • Recommandation 4
    Nous  appuyons  le  FRAPRU  dans  sa  demande  visant  le retour  d’AccèsLogis  pour  une  période  de  cinq  ans,  ainsi  qu’un  accroissement  majeur  des  investissements  dans  ce  programme,  de  manière  à  financer  la  réalisation  d’un  nombre  beaucoup plus important de logements sociaux.
  • Recommandation 5
    Maintenir des services publics universels et gratuits dans un souci de justice sociale et d’équité. Sans aucun doute, il  s’agit d’une stratégie gagnante afin d’avoir une société inclusive.
  • Recommandation 6
    Réinvestir dès le prochain budget dans le financement de la santé publique au Québec.
  • Recommandation 7
    Poursuivre l’appui aux stratégies territoriales de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, de même que le soutien  à la mobilisation des communautés locales en milieu urbain.
  • Recommandation 8
    Parce  qu’elles  sont  des  intervenants  privilégiés  dans  la  lutte  contre  la  pauvreté  au  plan  local,  le  gouvernement  doit  reconnaître le travail, l’expertise et le modèle des Tables de quartier.

Pour consulter le document complet : http://www.clic-bc.ca/Documents/C_Nouvelles/CMTQ/Memoire_CMTQ_Plan_de_lutte_contre_la_pauvrete_2016-01-28.pdf

De son côté, le Réseau québécois de l’action communautaire autonome a également déposé un mémoire intitulé et dans lequel les recommandations suivantes sont mises de l’avant :

  • Recommandations préliminaires
    • Que le gouvernement rende public l’ensemble des mémoires déposés dans le cadre de la consultation publique « Vers un troisième plan d’action gouvernemental » de décembre 2015 et janvier 2016 ainsi que le résultat de la consultation effectuée auprès des individus via le site Web du MTESS.
  • Recommandations d’ouverture
    • Que le gouvernement mette fin aux différentes ententes sous forme de partenariat public-philanthropique (PPP sociaux).
    • Que le gouvernement exclue la possibilité d’émettre des « obligations à impact social ».
  • Recommandations globales
    • Augmenter les revenus de l’État par différentes mesures visant une plus grande justice fiscale en prenant en compte principalement les avenues potentielles identifiées par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (voir http://nonauxhausses.org/outils/alternatives-fiscales-justes-et-equitables-pour-les-finances-publiques/).
    • Adopter différentes mesures favorisant de meilleures protections sociales et une lutte plus cohérente à la pauvreté dont :
      • augmentation appréciable du salaire minimum ;
      • augmentation des prestations de l’aide sociale ;
      • augmentation du nombre de logements sociaux ;
      • plus grande accessibilité et bonification des prestations du Régime des rentes du Québec
      • mise en place d’une politique d’accès aux transports collectifs à des tarifs réduits pour les plus démuniEs ;
      • augmentation des prestations des programmes sociaux du fédéral (assurance-emploi, pensions de retraite, etc.) par des pressions du Gouvernement du Québec auprès du gouvernement fédéral.
    • Consolider financièrement et soutenir davantage les réseaux de la santé, des services sociaux et de l’éducation.
    • Effectuer des études afin de d’identifier une diminution possible de la tarification de certains services publics.
    • Refuser les demandes de hausses des tarifs d’électricité faite par Hydro-Québec, et ce, tant qu’il n’y aura pas une pondération adéquate de sa contribution au trésor québécois.
    • Abolir le Fonds des générations afin d’intégrer la totalité des surplus d’Hydro-Québec et autres sources d’alimentation de ce fonds à l’ensemble des revenus du Gouvernement du Québec
  • Recommandations concernant les organismes d’action communautaire autonome
    • Que le gouvernement prévoie, pour chacun des ministères et organismes gouvernementaux, des sommes suffisantes pour supporter adéquatement la mission des organismes d’action communautaire autonome qui leur sont rattachés, et ce, tel que stipulé dans la Politique gouvernementale en action communautaire (p. 28) et dans le Cadre de référence lui étant rattaché (p. 25).
      • Pour ce faire, se baser sur les seuils planchers déterminés collectivement par les membres du RQ-ACA et porter une attention particulière aux organismes ayant les plus faibles subventions.
    • Que le gouvernement demande un plan de redressement à tous les ministères et organismes gouvernementaux concernant le soutien à la mission des organismes d’action communautaire autonome qui leur sont rattachés ou qui devraient y être rattachés.
    • Que le gouvernement prévoie des sommes devant couvrir l’indexation automatique de tous les programmes dévolus aux organismes d’action communautaire autonome.

Pour consulter le document complet : http://www.rq-aca.org/?p=3063